Facebook Twitter Flickr Dailymotion Rss
 

"Face aux crises, une solution : la conversion écologique et sociale de notre société"

Billets / Tribunes

| Par Bruno Rebelle | Lundi 15 Novembre 2010 à 09:47 | 0 commentaire
Un remaniement de renoncement écologiste
Chassez le naturel il revient au galop ! L’adage se confirme une nouvelle fois. Il est vrai que Sarko nous avait déjà prévenu dans son allocation du début de l’année au salon de l’agriculture : l’environnement ça commence a bien faire ! La composition du gouvernement, à peine remanié, atteste de cette régression de la cause écologique dans l’échelle de valeur de la majorité présidentielle.

Et ce n’est pas le nouveau Premier Ministre (vous savez le même qu’avant), dont ont dit qu’il s’est imposé au Président et qu’il aurait donc imposé « son » gouvernement, qui aura œuvré pour maintenir la cause écologique au rang de priorité. Fillon, on le sait, n’a jamais vraiment considéré l’écologie comme un sujet important et n’aura donc pas jugé « important » de prendre en compte la gravité de la crise écologique que nous traversons. Pas plus que ne l’intéresse les critiques concernant la mise en œuvre du Grenelle Environnement, la progression du vote écologiste, la naissance d’un nouveau parti écologiste ce samedi 13 novembre à Lyon ou la progression des mouvements de l’écologie politique dans toute l’Europe.

Deux signes attestent plus particulièrement cette régression de l’écologie dans l’intérêt gouvernemental.

Le premier est bien évidemment la perte du statut régalien du ministère de l’écologie qui n’est plus ministère d’Etat. Qui plus est ce qu’était le premier ministère d’importance après Matignon est relégué au 4ème rang… Plus dramatiquement symbolique sa place est prise par la Défense… Comme si l’enjeu militaire était plus important aujourd’hui que le changement climatique ou l’érosion de la biodiversité. C’est au contraire notre capacité à réduire notre dépendance aux énergies fossiles qui sera un facteur de stabilisation des tensions et des conflits mondiaux. Une fois de plus la Droite pense « à l’envers ».

Le deuxième signe est plus subtil mais probablement plus préoccupant encore. Avec le remaniement, l’énergie sort du périmètre de l’écologie et retourne à Bercy. Jean Louis Borloo avait progressivement grignoté du terrain pour récupérer une bonne partie du sujet. Et même si la tutelle des principales institutions qui pilotent la politique énergétique et la gestion des participations de l’Etat dans les grandes entreprises du secteur est toujours restée à Bercy, le fait d’avoir intégré la Direction générale de l'énergie et des matières premières au sein du MEDDEM était à l’évidence une grande victoire. Ce signe fort soulignait bien qu’il ne peut y avoir de développement durable sans une reconsidération en profondeur de la politique énergétique… Et l’outil de pilotage de cette politique est et restera la DGEMP…

Dans la nouvelle configuration gouvernementale c’est le tristement célèbre, Eric Besson, qui récupère, avec le portefeuille de l’industrie, celui de l’énergie. Il y a fort à parier qu’il aura cœur à réintégrer dans son périmètre cette direction stratégique essentielle. D’autant que les amitiés de Besson avec le lobby nucléaire sont connus. L’ex ministre chargé de l’expulsion des Roms est aussi le maire de Donzères dans le Drôme, commune toute proche de la centrale nucléaire de Cruas. Je me rappelle quelques passes d’armes peu amènes quand j’étais conseillé de la candidate du PS à la Présidentielle et que Monsieur Besson se considérait encore socialistes. Les arbitrages rendus par la candidate, par exemple sur la mise à plat du projet EPR de Flammanville – arbitrages que j’avais fortement orientés – m’ont valu toute sorte d’insultes en directes et de manœuvres indirectes du lobby pronucléaire dont Besson n’est pas le dernier représentant. Il y a donc fort à craindre que la récupération de l’énergie par Eric Besson sous l’autorité de Bercy marque aussi un retour à la « normale » de la politique énergétique qui avait à peine commencer à évoluer… avec toutes les difficultés que l’on sait : coupe sombre dans les crédits d’impôts, rabotage des tarifs, obstacles réglementaires supplémentaires au développement de l’éolien…

De la même façon, il est très regrettable que l’aménagement du territoire disparaisse du champ de compétence de ce ministère. Ce rapprochement avait été obtenu par Dominique Voynet en 1997 et marquait la aussi la nécessaire cohérence entre les choix sectoriel et leur traduction territoriale pour faire émerger des logiques de développement plus durables, plus équitables et plus responsables. La réforme territoriale voulue par Sarkozy n’a jamais considéré ces interactions. Le gouvernement Fillon 2 acte ce renoncement supplémentaire.

La seule bonne nouvelle dans cet embrouillamini de régressions attristantes reste la nomination de NKM à l’écologie. Force est de constater qu’elle au moins connaît son sujet. Mais la compétence suffira-t-elle ? NKM fera-t-elle le poids dans un gouvernement de campagne piloté par un tandem - hyper président et hyper premier ministre – dont ni l’un ni l’autre n’est réellement préoccupé d’écologie ni même intimement convaincu que la crise écologique est le nouvel horizon à dépasser.

Bruno Rebelle

Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest




Le Blog de Bruno Rebelle © 2010