Facebook Twitter Flickr Dailymotion Rss
 

"Face aux crises, une solution : la conversion écologique et sociale de notre société"

Billets / Tribunes

| Par Bruno Rebelle | Jeudi 11 Novembre 2010 à 17:28 | 0 commentaire
Le G20 fossilisé
Le G20 se moque bien du changement climatique… et non, le G20 ne fera rien de significatif pour engager une mutation profonde de la politique énergétique mondiale vers les énergies non fossiles… C’était pourtant le sens de l’engagement qu’avaient pris ces « dirigeants du monde » au sommet de Pittsburgh en septembre 2009. Les patrons des vingt premières économies mondiales s'étaient alors engagées à « justifier et éliminer progressivement à moyen terme les subventions aux énergies fossiles inefficaces ». La formulation était déjà très prudente et le caractère « progressif » de l’élimination des subventions néfastes pour le climat laissait du temps pour concrétiser les mesures… Nos chefs d’état n’auront même pas su jouer d’une nouvelle circonvolution pour nous faire croire qu’ils avaient un peu de suite dans les idées
.
J’ai beau cherché dans les comptes rendus qui tombent ici ou la, je ne trouve rien pour expliquer cette incohérence coupable.

D’un côté ils redoublent tous de déclaration d’intentions pour agir, enfin, pour préserver le climat mondial, les générations futures, la planète… Ils ont tous signé, l’an dernier à Copenhague, un engagement assez précis celui-là, prévoyant de mobiliser 100 milliards de dollars chaque année pour faciliter l'adaptation des pays pauvres au changement climatique.

De l’autre coté, alors même qu’ils ont sous la main plus de 300 milliards de subventions par nature néfastes pour le climat, puisqu’elles encouragent l’extraction et la consommation de combustibles fossiles qui aggravent le dérèglement du climat, ils sont incapables de réorienter le tiers de ces subventions vers des projets faisant la part belle aux énergies renouvelables.

Je vois d’ici les empêcheurs de râler en rond nous dire que c’est plus compliqué que cela, qu’il faut voir les effets de ces subventions sur l’emploi et sur l’économie… foutaise, on sait depuis longtemps maintenant que les énergies renouvelables génèrent plus d’emplois, que ces emplois ne sont pas dé-localisables et que cette industrie par son caractère moins concentrée à des effets induits bien plus positif sur l’ensemble de l’économie.

Non décidément je ne vois aucune excuse possible pour ces chefs d’état…

Et au fait qui est le prochain président du G20 ? N’est ce pas notre Sarko, notre écolo national, celui qui nous a vendu le Grenelle Environnement et celui là même qui nous disait qu’on allait voir ce qu’on allait voir à Copenhague l’an dernier… Deux hypothèses possibles : soit Sarkozy n’a finalement pas beaucoup d’influence sur ses pairs ; soit il se fout royalement des enjeux climatiques… soit les deux ! Plus probablement les deux. Tristesse

Bruno Rebelle

Facebook Google + Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest




Le Blog de Bruno Rebelle © 2010